L'excès de graisses dans le sang

C’est quoi l'excès de graisses dans le sang ?

L' excès de graisses dans le sang est appelé dyslipidémie.

Les dyslipidémies sont de deux types :

1. L’Hypercholestérolémie

C’est l’excès de cholestérol dans le sang. Le cholestérol est un corps gras qui est indispensable au fonctionnement de l’organisme. Il est sécrété par les cellules de plusieurs organes et il est aussi apporté par l’alimentation. Le cholestérol sert à fluidifier les membranes des cellules, à fabriquer différentes hormones et à fabriquer la vitamine D.

Son excès est nuisible car il a tendance à s’accumuler dans les vaisseaux sanguins et former des plaques qui entravent la circulation du sang.

2. L’Hypertriglycéridémie

C’est l’excès de triglycérides dans le sang. Les triglycérides sont des graisses qui servent de réserve d’énergie. Elles proviennent de ce que nous mangeons mais sont aussi synthétisées par le foie.

Leur excès dans le sang favorise les maladies cardio-vasculaires car elles contribuent à boucher les artères.

L’hypertriglycéridémie peut être pure ou associée à l’hypercholestérolémie.

Quelles sont les causes des dyslipidémies ?

1. Causes de l’hypercholestérolémie

  • Mauvaise hygiène de vie :
    • Manger trop de graisses saturées présentes surtout dans le beurre, la crème, les graisses de viande de bœuf et mouton, de porc, d’oie, de canard, et dans certaines huiles comme l’huile de coco, l’huile de palme.
    • Consommer trop de sucres.
  • Hérédité familiale : il existe une forme d’hypercholestérolémie familiale qui se transmet par les gènes.
  • Certaines maladies comme l’hypothyroïdie et l’insuffisance rénale peuvent s’accompagner d’une hypercholestérolémie.
  • Certains traitements comme les hormones contraceptives, les corticoïdes peuvent engendrer ce déséquilibre.

2. Causes de l’hypertriglycéridémie

  • Cause génétique : Il existe des familles qui ont une prédisposition à ce trouble.
  • Alimentation trop riche en sucres, en graisses, en alcool.
  • Le manque d’exercice physique y contribue.
  • Certaines maladies comme le SIDA ou l’insuffisance rénale peuvent favoriser l’hypertriglycéridémie.
  • Obésité au niveau de l'abdomen
  • Certains médicaments : corticoïdes, diurétiques, bêtabloquants.

Quels sont les signes des dyslipidémies ?

Souvent les personnes qui ont des taux élevés de cholestérol et de triglycérides ne présentent aucun symptôme avant la survenue des complications liées à ces maladies. D’où l’importance d’intégrer le dosage des graisses dans les bilans de santé.

Les complications possibles sont les suivantes :

  • Infarctus du cœur : en bouchant les artères qui irriguent le cœur.
  • Accident vasculaire cérébral : en bloquant le sang dans les artères du cerveau. Cet accident peut engendrer un coma et des déficiences.
  • Anévrisme artériel : déformation de certaines artères qui deviennent très fragiles.
  • Artérite des jambes : Elle survient quand les artères qui irriguent les jambes sont rétrécies ou obstruées par les plaques de graisses. Cette artérite peut conduire jusqu’ à la gangrène de la jambe.

Comment faire le diagnostic des dyslipidémies ?

Le diagnostic de l’hypercholestérolémie et celui de l’hypertriglycéridémie se font par un dosage sanguin.

Pour le cholestérol, ses deux formes LDL et HDL seront dosées. Ces deux formes définissent en fait les 2 modes de transport du cholestérol dans notre corps, les graisses ne peuvent circuler dans le sang que si elles sont portées par des protéines.

Les LDL sont des protéines de basse densité, qui transportent le cholestérol du foie vers les organes. Ce cholestérol est appelé mauvais cholestérol car il peut se détacher pendant le transport et s’accumuler dans les artères, les rigidifier, créer des caillots.

Les HDL sont des protéines de haute densité qui vont transporter le cholestérol, appelé bon cholestérol, des cellules vers le foie, pour y être éliminé.

Seul l’excès de LDL Cholestérol est dangereux pour la santé.

Pour l’hypertriglycéridémie, le taux de triglycérides dosé va donner un chiffre supérieur aux normes.

En cas de résultats anormaux, les dosages doivent être faits une seconde fois pour confirmation.

Quel est le traitement des dyslipidémies ?

En cas de résultats confirmés positifs, la première conduite à tenir est de modifier ses habitudes alimentaires et d’adopter une meilleure hygiène de vie :

  • Limiter les graisses saturées : viandes rouges, beurre, fromage, crème, huile de palme
  • Augmenter sa consommation de graisses insaturées : poissons, huile de colza, huile d’olive, noix
  • Consommer plus de fruits, de légumes, de céréales complètes
  • Limiter la consommation de sucres rapides et d’alcool
  • Arrêter le tabac
  • Pratiquer une activité physique régulière
  • Perdre du poids en cas de surcharge pondérale

Si les mesures hygiéno-diététiques ne suffisent pas à baisser les taux, votre médecin peut vous prescrire un traitement dit hypocholestérolémiant. Il existe plusieurs formes en pharmacie.

Si votre dyslipidémie est due à une autre maladie comme par exemple l’insuffisance rénale, la priorité est de traiter la maladie causale.

Concernant les formes héréditaires familiales, elles sont prises généralement en charge dans des centres spécialisés.

Quels conseils et prévention ?

Vu que les complications des dyslipidémies peuvent être très graves (infarctus, AVC, artérite des jambes), il est important, si on en est atteint, de suivre le plus possible les conseils d’hygiène alimentaire et d’hygiène physique.

Il est important de doser régulièrement ses taux de graisses pour juger de l’efficacité du traitement ou du régime.

Le régime alimentaire conseillé pour ce genre de maladies est un régime qu’il serait avantageux de suivre avant même d’en être malade, pour rester en bonne santé longtemps et prévenir plusieurs autres pathologies.