Afrique et Confinement?

La propagation du COVID-19 vers l’Afrique sub-saharienne est considérée avec une certaine légèreté par beaucoup de gens en Afrique qui se disent que le ciel va venir en aide et que la chaleur va tuer le virus.

Les autorités sanitaires internationales ont appelé l’Afrique à se réveiller et se préparer au pire.

Il est vrai que l’Afrique n’est que tardivement affectée par la pandémie mais le nombre de cas est en train d’augmenter, peut-être moins rapidement que les pays occidentaux, mais il augmente.

Les experts précisent que la chaleur ne tue pas le virus et ne l’empêche pas de se propager mais elle ralentit simplement sa progression.

Si les cas semblent moins nombreux en Afrique, des experts pensent que c’est en raison d’une moins bonne détection du virus ou parce que les personnes âgées, qui sont les plus vulnérables, sont en minorité.

Le fait aussi que les habitations et les rues sont plus aérées et qu’on vive façon moins confinée ne peut-il pas freiner un peu la propagation ?

Le fait qu’on soit exposé presque toute l’année au paludisme et qu’on soit très souvent sous traitement anti-palustre ne pourra pas t-il être une piste de recherche, au cas où la propagation du Covid-19 se fasse beaucoup plus lentement en Afrique sub-saharienne ?

Nous prions ne pas arriver au stade de confinement mais si cela arrive, il sera très difficilement applicable dans nos pays vu que la majorité des gens sont dans l’informel et travaillent très souvent au jour le jour. Le confinement est difficile à appliquer quand les services fournisseurs d’eau, d’électricité, et d’Internet (l’internet est très important dans le confinement) sont mal assurés.  Les Etats doivent se préparer en conséquence et essayer d’apporter des solutions aux difficultés et conséquences du confinement pouvant être catastrophiques quand c’est mal géré. A un certain stade de l'épidémie, le confinement a fait ses preuves pour la cassure de la chaîne de contamination.

N’oubliez pas, chacun à son niveau doit rester serein, se protéger, protéger les siens, sensibiliser autour de lui sur les gestes barrières, jouer de la solidarité inter humaine quand il le faut, ne pas se ruer dans les hôpitaux au moindre signe, ne pas se ruer pour se faire des stocks d’alimentation, demander des nouvelles de ses proches, rester en contact.

Ce serait bien aussi de réfléchir à toutes ces choses qu’on devrait faire depuis longtemps à la maison, et que par manque de temps, on a toujours relégué aux calendes grecques. 

Et en élaborer un programme « confinement » au cas où…

#SoyonsCoranoIntelligents

Dr Ferdjani D